CopyrightFrance.com

Nouvelle ère, Tome 4 de Siobhan, Fille d’Odin

Pour vous le procurer, cliquez ici
Quatrième de couverture :
Après ma combustion, voici venu le temps d’une nouvelle ère de transformations et de mues.

Tandis qu’Eddy prenait ses marques parmi les Initiaux, Joseph peaufinait son plan afin de déconditionner notre dangereuse prisonnière.

Le moment s’avérait idéal pour ramener sur Derweid les restes de sa Main à Cornélia. Je n’imaginais pas les effets qu’aurait cette décoiffante escapade sur la terre de mes origines.
Loin de la formalité escomptée, fouler la planète de la Déesse aux côtés de Kamran se révèlera un puissant catalyseur.

Et si, en abandonnant la tête de Mahatana sur le territoire des Filles d’Odin, j’y avais laissé une partie de mon mental récalcitrant pour cheminer vers la voie du coeur et de son appel ?

Hélas, la route pavée de bonnes intentions apparait chaotique et versatile, quand on doit composer avec les conséquences de nos choix.

Franchissez le portail interdimentionnel et suivez la sorcière aux cheveux blancs dans les entrailles du terrier…

 

Pour vous le procurer, c’est par ici.
Extrait 1 de Nouvelle ère : 

 » Apaisée, je marchai vers ma chambre. Kamran avait encore une fois agi tel le baume salvateur qu’il était devenu depuis plusieurs mois. Dans le couloir, je m’accordai un moment avant d’ouvrir la porte. Dire que quelques jours auparavant, sur ce chemin, j’avais perdu pied. J’étais entrée en combustion à la vue de Corbeau qui baisait une vampire. Il avait anticipé mon passage et laissé sa porte ouverte exprès. Ce soir, je m’apprêtais à mettre de côté les déconvenues et les souffrances d’hier. J’ouvrirais la porte sur un avenir inédit avec mes deux vampires, comme je l’avais rêvé à Rodez avant de leur effacer la mémoire, en théorie… »

Pour vous le procurer, c’est par ici.
Extrait 2 de Nouvelle ère :

 » Quelques semaines après mon arrivée chez Marcia, j’avais découvert ce jardin d’Éden et en avais fait mon refuge lorsqu’après ma conversion chez les Filles d’Odin, j’avais pu me déplacer. Le territoire appartenait à une espèce d’animaux sauvages voraces et imprévisibles que les locaux craignaient. 

— C’est magnifique ! s’exclama Kamran. On dirait une peinture paradisiaque. Pour le coup, ça donne plus envie de rester que son marché de dégénérés.

— Contente que ça te plaise, soufflai-je. 

— L’eau n’est pas trop froide ?

— Elle est parfaite pour moi. Je dirais à 37 °C ou 38 °C. 

J’attrapai le haut de ma combinaison des deux mains pour l’écarter d’un coup sec. Dans un bruit de succion, les pans se désolidarisèrent, dévoilant ma brassière noire. Je tournai le dos à mon instructeur avant de la retirer. Une fois en sous-vêtements, je plongeai dans le bassin le plus profond.

— Elle est vraiment magnifique. Dans ce décor, elle ressemble à une déesse. Je devrais l’attendre ici. Si elle s’approche trop, je risque de ne pas me contrôler entre la faim et le désir.

Je ressortis au niveau de la cascade. J’avais capté ses pensées malgré la distance et le changement d’élément. Je me questionnais sur l’opportunité de cet accès unilatéral dans son intimité. D’autant plus que la magie du lieu exacerbait ma sensorialité, attisait mon désir. S’il ne s’était agi que d’une question d’attirance, je l’aurais mieux gérée, mais je percevais l’amour de Kamran jusque dans mes entrailles. Mon corps remonta à la surface. Sur le dos les membres écartés en étoile, les ondes de la cascade me berçaient. Je fermai les paupières quand je l’entendis se flageller, puis un espoir naquit. Il envoya bouler sa retenue. »

 

Pour vous procurer le tome 4 de Siobhan, Fille d’Odin,
c’est par ici.

 


Vous ne connaissez pas encore cette saga de romance paranormale ? 

Je vous offre les 10 premiers chapitres de Dissonance, le tome 1. Cliquez là.