CopyrightFrance.com

Mordante rencontre

 

Pour le découvrir, cliquez ici.

Quatrième de couverture :

Alors que Mélie rentre tardivement chez elle, elle assiste en pleine rue au malaise d’un homme. La doctoresse se précipite à son secours, ignorant que son abnégation entraînera de lourdes conséquences sur son avenir…

Et si cette rencontre n’était pas le fruit du hasard ?

 

Pourquoi lire cette nouvelle ? 

 

Pour la première fois, je mets en avant Aquila, un sanguiniste et Mélie, une sorcière Soeur de Gaïa (qui l’ignore encore ^-^). Cette nouvelle vous narre leur rencontre ainsi que les prémisses de leur histoire. Vous les retrouverez dans la suite des aventures de Siobhan, lorsqu’elle sera confrontée au milieu des sanguinistes…

 

 

Extrait : 

« Aquila réduisit la distance entre eux. Son souffle était si proche qu’il la contraignit à tourner le visage si elle ne voulait pas finir par l’embrasser. Aussitôt, le mouvement découvrit sa gorge et il s’y nicha avec gourmandise. Sa proie se figea, consciente de sa nouvelle erreur. Aquila abandonna le poignet de la femme et d’une main, il engloba sa mâchoire. L’autre glissa au creux de ses reins pour la plaquer contre son corps solide et massif.

— Arrêtez ! lança-t-elle à l’idée de mourir dans cette ruelle pour avoir secouru un inconnu. 

Le vampire s’en moquait. Elle s’étonna d’entendre sa respiration autant que sa peau la percevait. Elle eut la chair de poule à l’instant où il frotta sa joue contre son cou tel un animal qui marquait son territoire. Ce monstre la sentait si profondément qu’elle crut qu’il se préparait à la mordre. 

Le parfum de la jeune femme enivrait Aquila au point de déclencher son propre désir. Parfois, l’odeur d’un humain l’émoustillait, mais rarement à ce stade. Cette femme l’intriguait. Elle parvenait à repousser l’aphrodisiaque contenu dans son venin et surtout, elle lui tenait tête. Il inspira avec amplitude en fermant les paupières afin de savourer cette délicieuse rencontre. L’humaine sursauta au contact de son érection. Il pouffa de sa pudeur.

— Je vous en prie, laissez-moi partir ! paniqua Mélie, les yeux luisants.

Sa colère de s’être fait avoir si stupidement s’était volatilisée. Son cœur pulsait à se rompre sous l’angoisse de sévices plus intimes et d’une mort imminente.

— Ne sais-tu pas que, plus vous avez peur, plus ça nous excite ? ricana Aquila avant que ses lèvres ourlées se déposent dans un chaste baiser sur son cou.

— S’il vous plaît, tenta-t-elle en essayant de tourner la tête, mais les doigts du vampire l’en empêchaient.

— Finalement, ton arrogance s’est vite mue en supplication. Quel dommage ! (Il claqua sa langue contre ses dents.) Moi, qui pressentais que tu aurais pu être différente… »

Pour vous le procurer, cliquez ici.