CopyrightFrance.com

Combustion, Tome 3 de Siobhan, Fille d’Odin

 

Pour vous le procurer, cliquez ici

 

 

Quatrième de couverture :

Et si mes ennemis d’autan oeuvraient à ramener la confiance et l’amour dans ma vie…

Après presque deux ans, terrée au Pays basque, loin des surnaturels, un regard mordoré m’annonça que ma retraite chèrement acquise venait de s’achever.
Pas n’importe lequel : celui de Corbeau, un des vampires dont j’étais amoureuse et à qui j’avais effacé la mémoire.

Bien que j’avais abandonné ma magie du sang en même temps que mon passé de tueuse, le naturel revint vite au galop.

Et me voici de retour de plein pied dans le monde sanguinaire des vampires, abîmée  par la perte de mon nouveau foyer, mais le coeur plein d’espoir à l’idée de revoir les deux hommes que je ne n’avais jamais réussis à oublier.

Tout aurait pu être parfait…
Si Corbeau ne m’avait pas menti, si Joseph ne voulait pas faire de moi son arme stratégique pour lutter contre ses ennemis et se venger d’une vieille connaissance : Cornélia, la prêtresse des Filles d’Odin.

Le destin se montre souvent cruel. Vous êtes prévenus, nous ne sortirons pas tous indemnes de ma Combustion.

Bienvenue dans l’univers fermé des proches du monarque d’Europe de l’Ouest.

 

Pour vous le procurer, c’est par ici.

 

Extrait 1 de Combustion : 

“Kamran s’approcha. Sa main glissa sur ma nuque, pour m’avancer vers lui. Il embrassa mon front.

— Je suis très fier de toi, petite sorcière. Je crois en toi et en vous deux. Si quelqu’un peut réussir ce prodige, c’est bien vous.

— J’espère que tu as raison, bredouilla Sahar, les yeux luisants.

Mon instructeur se volatilisa.

— Tu es prête ? lui demandai-je.

— Oui, me répondit-elle, d’un ton assuré. Je refuse de le perdre.

Je lui tendis mes mains.

— Appelle ta magie et fais-la glisser dans mes paumes.

Elle hocha la tête. Ses galaxies s’animèrent et ma peau crépita sous l’afflux. J’inspirai et me connectai à l’union. Je m’abandonnai à elle. Cette dernière m’envahit. Elle s’infusa dans chaque recoin de mon organisme. Elle augmentait sa puissance lorsqu’elle roulait sur ma magie du sang, l’absorbant au passage. Elle se développait au point de me donner l’impression que ma peau allait éclater. Mes paumes dessinèrent une sorte de coque autour du corps de Grégaury.

— Répare ses blessures. Soigne-le, articulai-je à haute voix à l’attention de l’union.

— Pense à tout l’amour que tu as pour lui, Sahar. Ça peut peut-être aider…

Une bulle protectrice immaculée s’activa autour de l’aura du vampire.

— Ça ne marche pas, pleura la Stellaire.

— Je suis vraiment désolée, avouai-je en retirant mes mains.

— Je refuse. Essayons encore !

J’observai ma vis-à-vis. Des larmes perlaient sur ses joues, tandis que son aura frôlait presque son corps physique. Elle était au plus bas…

— OK, on fait un nouvel essai. Je commence et tu t’ajoutes ensuite pour accentuer l’attaque.

— La réparation ? reprit-elle.

— Non. Nous attaquons directement la mort. On y retourne.

Dans une ample respiration, je me connectai à l’union. Quelque chose différait, mais j’ignorais d’où me provenait cette sensation. J’envoyais toute ma puissance magique dans les entrailles amalgamées du gardien. L’enveloppe immaculée se reforma, mais au lieu de rester au-dessus de lui, elle se rétracta d’un coup sec dans un claquement sonore.

— Qu’est-ce ?

— Viens, maintenant, Sahar !

La Stellaire associa sa magie de guérison à l’union.

— Il manque un truc… Mais quoi ?

Je me pétrifiai en sentant l’aura d’une sorcière. Fais chier, je l’avais oubliée celle-là !

— Du sang ! formula la Fille d’Odin qui avait perdu connaissance.”

Pour vous le procurer, c’est par ici.

 

 

Extrait 2 de Combustion :

 

« Au fur et à mesure de son laïus, mon organisme entier mutait. Mes magies m’assaillaient de toute part. Sous leur violence, j’en tombai sur les fesses. Corbeau ouvrit complètement la porte. Je m’agenouillai, les yeux fermés, pour essayer de les faire refluer. Impossible, que m’arrivait-il ? Mes magies refusaient de m’obéir. Ma peau se couvrit d’un voile de sueur.
— Dégagez, susurrai-je.
— Quoi ? dit-il avec condescendance.
— Dégagez, chuchotai-je, incapable de parler.
Mes mains enserraient mes tempes. Corbeau disparut dans sa chambre. Mon sang semblable à de la lave incandescente brûlait mes veines. L’aura de Sahar frotta la mienne.
— Joseph, fais immédiatement évacuer le palais ! hurla-t-elle.
Elle s’avança vers moi tandis que la partenaire de Corbeau accompagnée d’autres qui se trouvaient dans leurs chambres me contournèrent dans des bourrasques. Mon épiderme était proche de la combustion.
— Va-t’en, tentai-je de prévenir la Stellaire.
— Calme-toi, Siobhan.
Comme si ça allait m’aider. Je tentais de faire le vide en moi, tel que j’avais l’habitude de le faire grâce à Kamran. Impossible. Mes émotions avaient dépassé le point de non-retour. Elles refusaient d’être muselées. Ça faisait trop d’épreuves en si peu de temps. Mon instructeur se tenait aux côtés de la sorcière qui ne trouva rien de plus judicieux que de m’attaquer. La première salve électrique m’envoya contre un guéridon. J’ignore à quoi elle s’attendait, mais ma magie du sang absorba la sienne. Corbeau se positionna au milieu du couloir.
— Tu arrêtes, immédiatement tes conneries ! m’ordonna-t-il.
Peut-être qu’avec une chemise et des chaussures, plutôt qu’un simple jean taille basse, il aurait gagné en crédibilité ? En tout cas, mon état ne me permettait pas de m’exécuter. Ma magie avait pris le contrôle. Kamran sentit l’instant où je basculai.
— Partez tous ! cria-t-il.
Mon instructeur d’ordinaire posé et dans la retenue paniquait. Pour la première fois, ma langue goûtait sa frayeur. D’un geste de la main, je projetai Corbeau au bout du couloir puis au pied de l’escalier. Je lui fis l’économie de la quarantaine de marches. Sahar m’attaqua de nouveau. Ce fut le coup de trop. Ma magie se chargea de son électricité et mon corps s’embrasa. »

Pour vous procurer le tome 3 de Siobhan, Fille d’Odin, c’est par ici.

 


Vous ne connaissez pas encore cette saga de romance paranormale ? 

Je vous offre les 10 premiers chapitres de Dissonance, le tome 1. Cliquez là.