Les archétypes de mes héroïnes.

Si vous avez lu plusieurs de mes romans, vous vous êtes sûrement rendu compte que mes héroïnes possédaient des caractéristiques communes.

“Lequel ?” vous demandez-vous, si vous ne me connaissez pas encore. 

J’aime voyager avec des femmes blessées par leur jeunesse et / ou la vie en général. Elles sont souvent issues de noyau familial instable ou inexistant. Orphelines, enfants abandonnées, elles sont en quête de réponses, mais surtout en enquête d’elles-mêmes.

Elles sont souvent marginalisées ou solitaires, aveuglées par leur impression d’impuissance. Elle pensent qu’elles le vivent très bien jusqu’à La rencontre qui leur démontrera que leurs croyances étaient uniquement des bouées auxquelles elles se rattachaient afin de ne pas sombrer. Le déclencheur n’est pas forcément un homme ou “l’amour de leur vie”, mais une sorte de détonateur qui va les bousculer, les bouleverser de manière irréversible.

Dans L’éclosion des élus, Agapé voit son existence transformée lorsqu’elle rencontre un être qu’elle peut sentir…permettez-moi de préciser que la guerrière angélique ne possède pas le sens du toucher !

Dans Le match d’une vie, Grace ressent un manque dans sa vie de romancière à succès, le besoin de partager son intimité avec un être en qui elle aura assez confiance pour lui ouvrir sa maison et son coeur.

Dans Le Prince-chat, Bettina mène une vie austère, solitaire et éteinte jusqu’à sa rencontre avec un chat errant qui saura lui redonner le goût de vivre et non plus de survivre.

Dans La passage, le monde de Jordan changera pour toujours, lorsqu’il “verra” le guide en charge de conduire les âmes jusqu’à leur dernière demeure.

Dans Clara et le grimoire, l’adolescente s’apercevra de son pouvoir en découvrant l’incidence de ses actes lorsqu’elle lit le fameux livre.

Dans Siobhan, Fille d’Odin, notre sorcière se trouvera ébranlée à maintes reprises, à la fois par sa prise de conscience que sa haine était basée uniquement sur des mensonges, par le réveil de ses émotions, puis par le retour de sa mémoire… Tout au long des 6 tomes de la série, Siobhan ne sera pas épargnée un instant. Elle a besoin de perdre ses vieilles peaux afin de s’assurer une mue complète et divine.

Dans L’exposition d’une vie, Sharon, l’amie galeriste de Grace trouvera le chemin de son pouvoir féminin entre les mains experte d’un sculpteur.

Et dans les autres histoires qui sont en cours d’écriture, d’une certaine manière, il en est de même.

Plus tard, lorsque j’aurais assez joué avec les possibilités que m’offrent ces héroïnes parfaitement imparfaites, je me trouverai un autre terreau dans lequel je ferais pousser mes nouvelles femmes fortes et indépendantes.

Pour laquelle de mes héroïnes avez-vous eu le plus d’empathie ? 

Leave a Reply

Your email address will not be published.*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.