L’éclosion des élus: le prologue

Comme je l’avais annoncé début de décembre, pour patienter avant sa sortie, j’ai prévu tout un lots de billets pour de faire découvrir l’envers du décor et l’histoire en avant-première. Je t’ai parlé déjà du travail autour de la couverture avec Rachel, une super illustratrice.

J’avais le désir de te partager « enfin » le fruit de plusieurs mois de travail. Le lancement de ce premier tome de la saga de La Prophétie de l’Union va sortir prochainement. J’attends encore un numéro d’enregistrement officiel et il sera livré à lui même, pour suivre son propre chemin.

En attendant, le lancement officiel, durant plusieurs jours, je vais te permettre de rentrer dans l’univers de l’éclosion des élus. Le festin commence aujourd’hui avec le prologue. C’est parti!

Prologue

Le Grand Tout aspirait à mettre ses enfants à l’épreuve. IL était convaincu que l’époque serait parfaite. IL avait réalisé l’expérience deux fois par le passé, mais le choix des graines s’était avéré mauvais.
Le premier essai s’était conclu par le Big Bang. Le second avait conduit à la scission entre les deux âmes sœurs et à la création de deux races semblables, mais haineuses l’une envers l’autre.
IL était sûr que les graines qu’IL venait de planter permettraient l’unification des deux polarités. Elles redéfiniraient l’Unité dans l’incarné : l’union du féminin et du masculin sacrés. IL avait choisi deux nouvelles âmes sœurs dont l’origine était le fruit de la violence et de la trahison. Ainsi de la matière souillée et trompée, ces âmes tenteraient d’être en symbiose, en fonction de leurs choix.

*****

À présent seule dans son cabinet, Mère Divine marchait autour de son grand bureau en bois sculpté afin de repositionner les mots à leur place. Elle reformulait pour elle-même les informations qu’elle avait proclamées dans la grande salle du palais, quelques heures plus tôt. Depuis des siècles, elle n’avait plus canalisé de message du Grand Tout et avait été aussi surprise que le reste de l’auditoire. D’autant plus que durant ses neuf mille ans, elle n’avait jamais reçu de prophétie et encore moins devant autant de témoins. Heureusement, elle avait senti la matérialisation de cette énergie et avait pu interrompre son flux verbal.
Pour l’instant, elle serait la seule à connaître l’intégralité de la prophétie. Par prudence, elle décida de l’écrire et de la cacher en lieu sûr, pour que son existence soit ancrée ailleurs que dans son esprit, au cas où il lui arriverait malheur. Elle s’empara d’une feuille et s’asseya derrière son bureau le bousculant au passage. Après un léger massage de ses tempes tatouées, elle respira profondément afin de se donner confiance. Dans un silence haché par le bruit de la mine sur le parchemin, la Prophétie de l’Union se matérialisa :

« De la mort d’un être au cœur pur et ayant fait don de lui pour le bien commun, vont éclore deux graines. L’une issue de la luxure et l’autre de la violence. Leur croissance bouleversera l’ordre établi pour de nouvelles dimensions. La nature de ces mondes dépendra des choix de chacune de ces graines. De leur complémentarité émergera la réunion du féminin et du masculin sacrés. Le Grand Tout a marqué ces enfants à leur naissance d’un baiser sur leur chair. La force de leur attraction n’aura d’égal que la force de leur répulsion et pourtant, elles devront apprendre à se soutenir pour parvenir à l’équilibre et à leur survie. D’une même essence supérieure, elles expérimenteront la matière pour rétablir la complémentarité de l’homme et de la femme afin de redéfinir l’Unité.
Le temps est venu que de l’ombre émerge la lumière de l’Amour divin. Ces graines vont éclore. Leurs baisers de naissance deviendront brûlants à leur rencontre. Leurs rapprochements éveilleront graduellement leurs pouvoirs afin de mener à bien leur mission de vie.
Pour atteindre la création d’un Nouveau Monde, elles devront se développer ensemble et parallèlement. Leurs destinées étant liées, elles ne pourront pas défaire ce que le Grand Tout a décidé de faire émerger à travers elles. Leur libre arbitre modifiera les expériences ainsi que la conclusion finale.
Elles devront garder le flambeau de l’amour dans leur cœur, sans quoi, leur chemin les conduira vers le flambeau du tombeau et à une mort certaine.
Une guerre approche pour l’Unité et l’équilibre des mondes, l’équilibre du féminin et du masculin en vous ».

Le dernier mot transcrit, Mère Divine eut un spasme. Ses yeux devinrent transparents et le trouble de ses pensées lui confirma l’approche d’une vision. Elle observa une femme et un homme, entourés de feuilles et de fleurs de lotus dans une piscine sauvage. La Nature s’était immiscée dans la partie et leur servait de protection. La lune les éclairait et teintait la scène d’une couleur argentée, presque fantasmagorique. Leurs ébats émettaient une énergie qui mêlait deux faisceaux entrelacés rouge et bleu, s’élevant en un unique rayon vers les cieux. Ils pivotèrent et Mère Divine se concentra sur la femme. Elle reconnut l’ange.
Le crayon tomba de sa main ébène et glissa le long du bureau pour atterrir sur une partie dégagée du tapis. Sous le bruit de la chute, Mère Divine retrouva ses esprits et s’affaissa sur son siège.
— Incroyable, elle est une des graines ! C’est l’élue…
Ses traits se décontractèrent et elle se radoucit, apaisée. Dans une esquisse de sourire, elle recoiffa vers l’arrière ses cheveux translucides, incrustés de cristaux. Son cœur retrouva un rythme normal et ses poumons se gorgèrent d’un air bienfaiteur. Elle plia la feuille en quatre et y apposa son sceau à la cire noire. La prophétie entièrement retranscrite, Mère Divine enfouit le parchemin dans la rainure entre son plan de travail et le pied de son bureau. Soulagée de s’être déchargée de ce poids, toutes les tensions de son corps s’évaporèrent et elle se leva. Dans un mouvement de balancier, ses bras oscillèrent et sa tunique en mousseline blanche virevolta.
— Je vais devoir faire davantage attention à elle. J’étais certaine qu’un grand destin l’attendait. Sa tête se dirigea vers le ciel. Merci, Grand Tout de m’avoir soufflé de la laisser vivre. Quelle erreur fatale, j’aurais commise en ne lui offrant pas le baptême et en l’exilant.
Son regard se porta vers la porte d’entrée. Mère Divine percevait son aura qui s’approchait. Elle allait enfin avoir des réponses.

la suite tout bientôt 🙂

Laisser un commentaire