Jeux interdits – Vol. 1 d’Emma GREEN

Quatrième de couverture:

Parce qu’aimer un enfoiré, c’est déjà un challenge en soi, mais aimer son demi-frère… c’est presque hors la loi.
À 15 ans, j’ai rencontré mon pire ennemi. Sauf que Tristan Quinn était aussi le fils de la nouvelle femme de mon père. Et que ça faisait de lui mon demi-frère. Entre nous, la guerre était déclarée. Et on n’a pas tenu deux mois sous le même toit.
À 18 ans, le roi des emmerdeurs revient du pensionnat où il a été envoyé pour le lycée. Il a son diplôme en poche, les yeux les plus perçants qui soient et un sourire insupportable que j’ai envie d’effacer de sa gueule d’ange. Ou d’embrasser juste pour le faire taire.
Entre Liv et Tristan, c’est à celui qui tiendra le plus longtemps. Sans craquer. Sans commettre un meurtre. Ou pire, sans tomber éperdument amoureux…

jeux interdits vol1

Mon retour de lecture:

J’avoue qu’au départ j’étais un peu sceptique à la lecture du quatrième de couverture, je n’aime pas trop les histoires avec des « jouvenceaux » de 18 ans. Ce qui a fait pencher ma balance, c’est l’auteure: Emma GREEN que j’adore.

J’ai attaqué ma lecture avec aucun préjugé, en position d’être happée ou non. Comme d’ordinaire, Emma GREEN a une écriture qui a su me faire accrocher tant à l’histoire qu’aux personnages. L’intrigue est osée: peut-on aimer son demi-frère? Elle s’attaque à un tabou assez fort. Elle arrive à gérer ça avec brio, sans trop de légèreté et avec tout l’humour qu’elle arrive à égrainer au long de son récit. ( ce que j’adore chez elle 🙂 )

Tristan Quinn, le beau gosse de 18 ans aux physique et à l’attitude de playboy en couche culotte, est le chanteur d’un groupe de rock les Key Why. Son attitude condescendante envers Liv tranche avec l’attention, la douceur et la prévenance qu’il a envers son petit frère Harrison de 3 ans. Leur relation à tous les deux est très tendre et touchante.

Liv est jolie sans pour autant sortir d’une revue de mode et est caractérisée de  » passionnée, solitaire, rêveuse et entêtée » dans la présentation. Sa meilleure amie, Bonnie (Ebony Robinson) une afro-américaine de son âge a la mérite de lui rentrer dedans , de la faire sortir de son cocon. J’ai bien aimé son personnage et ses pointes de sarcasme comme celles de leur ami Fergus, l’intello irlandais de la bande.

J’ai gardé le meilleur pour la fin: la grand-mère paternelle de Liv est juste un cliché qui apporte des notes de fraîcheur et de couleur à l’histoire. Hippie d’une soixantaine d’années, végétarienne, elle vit entourée de ses animaux aux noms de nourriture (l’idée est extra) elle est la confidente de Liv et lui offre une oreille bienveillante exemptée de jugement. D’ailleurs, elle ne la jugera pas ni ne condamnera l’aventure de sa petite fille et de Tristan.

Je vous laisse découvrir l’histoire entre nos deux tourtereaux qui reste adapter à leur âge et j’ai apprécié ça. Retrouver des scènes comme dans Bliss ou les Call me, m’aurait dérangé vu le jeune âge des protagonistes. ( préjugé quand tu nous tiens 😉 )

Une fin de premier épisode digne de tous ses précédentes séries, nous n’avons qu’une envie: lire immédiatement la suite!

Mon bilan: 

J’ai sincèrement bien aimé malgré ce que je pensais de prime abord. Comme quoi, ne jamais s’arrêter à un quatrième de couverture 🙂

Ce que j’ai aimé:

  • Le rythme d’écriture qui est propre à Emma GREEN,
  • les chutes finales qui te tiennent en haleine entre chaque épisode,
  • la juste mesure dans les descriptions,
  • les aspérités de ses personnages qui sont crédibles malgré l’univers 🙂
  • la relation entre les deux frères
  • et les notes d’humour et de répondant.

Est-ce que je te le conseille?

Absolument! Pour l’instant, ce premier épisode n’a pas rattrapé mon amour pour sa série Bliss mais j’ai bien aimé cette candeur.

Je tiens à remercier les Editions Addictives de m’avoir permis de découvrir cette série 🙂 encore de belles heures de lecture en perspective avec la suite.

Mon avis sur l’épisode 2 très prochainement :

jeux interdits2 emma green

Laisser un commentaire